La fin des grandes pandémies pour 2030 compromise

14,2 milliards de dollars, c'est la somme finalement récoltée par le fonds mondial contre le VIH, la tuberculose et le paludisme cette nuit du 21 au 22 septembre à New York. Une somme record, mais loin de l'objectif visé de 18 milliards.

À l'issue de la conférence de reconstitution du Fonds mondial, c'est un sentiment ambivalent qui prédomine car la somme récoltée constitue à la fois un record et une déception. La barre était haute : obtenir 18 milliards de dollars pour les trois prochaines années, une augmentation d'un tiers par rapport à la dernière période. Objectif non tenu.

► À lire aussi : Le rapport de l'Onusida dresse un tableau inquiétant de la lutte contre le VIH

Ce sont donc pour l'instant 14,2 milliards qui ont été obtenus. Il manque encore les contributions britanniques et italiennes qui n'ont pour l'instant pas été révélées. La somme finale devrait ainsi avoisiner les 16 milliards.

Cet argent sert à financer des programmes de lutte et de prévention contre le VIH, le paludisme et la tuberculose. Ces programmes ont été mis à mal avec la pandémie de Covid-19 à tel point que l'on enregistre un ralentissement général et même des reculs dans certaines régions du monde.

► À lire aussi : Le Fonds mondial cherche 18 milliards de dollars contre le sida, la tuberculose et le paludisme


Lire la suite sur RFI