Publicité

Fin du droit du sol à Mayotte : Gérald Darmanin tacle « les beaux esprits parisiens » opposés à la mesure

Le ministre de l'Intérieur suscite l'hostilité de la gauche après l'annonce de la suppression du droit du sol à Mayotte. Dans un entretien accordé mardi 13 février au journal Ouest-France, faisant suite à sa visite rapide dans l'île, Gérard Darmanin appelle la partie de la classe politique opposée à cette mesure à comprendre les difficultés quotidiennes des Mahorais, confrontés à l'insécurité et à des blocages liés à l'immigration. Le patron de la Place Beauvau, qui n'a « aucun doute » sur la possibilité de trouver une majorité au Congrès pour inscrire cette modification dans la Constitution, y justifie une approche « pragmatique ». Il affirme répondre à une « demande » de la population locale, y compris de La France insoumise locale, avant de s'en prendre à ses détracteurs.

« Il faudrait que les beaux esprits parisiens, que j'entends depuis dimanche critiquer cette décision sur le droit du sol, sortent du périphérique… et aillent à Mayotte ! » les invite Gérald Darmanin afin de mieux percevoir la réalité sur le terrain.

À lire aussi Droit du sol à Mayotte : « La nationalité française s'hérite ou se mérite », estime Jordan Bardella

Une réunion du Congrès plutôt qu'un référendum ?

Face à l'afflux de femmes des Comores venant accoucher à Mayotte, le ministre de l'Intérieur promet un « changement très important de notre droit » pour « redonner de l'espoir » à ce territoire océanique. « Je constate que ce que nous faisons pour Mayotte, personne ne l'a jamais fait av...


Lire la suite sur LeJDD