Fin des delphinariums : des "décisions" prises "sous le coup de l'émotion", dénonce le responsable scientifique de Planète sauvage

franceinfo
·1 min de lecture

"Ce sont des décisions prises un petit peu sous le coup de l'émotion" dénonce Martin Böye, le responsable scientifique de Planète sauvage, un parc zoologique situé près de Nantes. Il s'oppose au projet de loi sur la maltraitance animale, qui est examinée ce mardi. Elle prévoit d’interdire les animaux sauvages dans les delphinariums.

franceinfo : Les delphinariums sont directement visés par cette loi. Comme accueillez-vous cette disposition ?

Martin Böye : On nous l'a annoncée plusieurs fois. À chaque fois, on a réussi à expliquer quelles étaient nos missions et qu'on s'occupait très bien de nos animaux. Et cette fois-ci, malheureusement, on ne nous a pas vraiment consultés et on a appris avec surprise cette annonce.

Pourtant le Parc Astérix vient d’annoncer la fin de son delphinarium. Pourquoi cette différence de point de vue ?

Nos activités sont très différentes. On est un parc animalier avec trois missions : la conservation des espèces en milieu naturel, les recherches que permettent les structures comme les nôtres et la proximité avec les animaux au service, encore une fois, des animaux en milieux naturels. Et puis, tout le travail d'éducation. Ces missions-là sont au cœur de notre activité. Et on voit clairement, par exemple, que le parc Astérix, qui est un parc de loisirs, a décidé d’arrêter son (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi