Fin de Barkhane au Sahel : « Nous sommes en face de notre réalité »

·1 min de lecture
Après plus de huit ans d’engagement massif, des sommes colossales englouties et 50 soldats morts au combat, le président français avait annoncé en juin la fin prochaine de l’opération « Barkhane ».
Après plus de huit ans d’engagement massif, des sommes colossales englouties et 50 soldats morts au combat, le président français avait annoncé en juin la fin prochaine de l’opération « Barkhane ».

Après avoir annoncé la reprise de sa coopération militaire avec l?armée malienne, la semaine dernière, la France va donner des détails sur le réajustement de son dispositif militaire au Sahel, lors du sommet du G5 Sahel qui se tient ce vendredi 9 juillet. C?est la première réunion depuis que Paris a annoncé la réduction de sa présence militaire, alors que Tchad et Mali doivent mener de délicates transitions politiques et que les djihadistes restent omniprésents. Ex-candidat à la présidentielle de 2018, activiste connu pour ses positions anticorruption, l?universitaire Clément Dembélé* a séjourné en prison après avoir dénoncé les malversations du clan IBK. Pour Le Point Afrique, il décrypte les enjeux de cette rencontre et décrit les mécanismes qui ont conduit son pays là où il se trouve, soixante ans après son indépendance.

Le Point Afrique : Quelle appréciation posez-vous sur la fin de l?opération Barkhane ?

Clément Dembélé : Je ne suis ni pro-français, ni pro-russe, je suis pro-malien. Cela veut dire que nous devons gérer notre problème à la malienne. Nous sommes face à notre destin. Nous sommes en face de notre réalité et aussi en face de notre propre histoire et nous ne devons plus être ces petits-enfants qu?il faut prendre par la main, pour citer Victor Hugo. Nous devons nous arracher de cette idée que nous ne pouvons rien faire sans l?Occident. Ça va être très compliqué pour nous si et seulement si nous ne sommes pas conscients que notre problème, c?es [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles