Le fils de Bernard Tapie fait revivre la mythique marque française Delage

C’était un rêve, il va devenir réalité. L’association Les Amis de Delage, propriétaire du blason, et l’entrepreneur Laurent Tapie ont signé un accord pour la refondation de la société Delage automobiles, révèle Le Maine Libre. Les deux partenaires vont ainsi relancer la construction de voitures portant le logo de la mythique marque française avec un nouveau modèle sportif : la D12. D comme Delage et 12 comme V12. L’accord entre l’association et le fils de Bernard Tapie vise à préserver la mémoire et l’œuvre du constructeur et à reprendre la production de cette marque de luxe, fondée en 1905 à Levallois et disparue en 1953.

Cet ambitieux projet sera lancé le mois prochain aux États-Unis. La D12 y sera présentée en première mondiale à Los Angeles les 13 et 14 décembre. Le lieu a été choisi en raison du grand nombre de collectionneurs, propriétaires de voitures de la marque tricolore, dans la ville américaine. Par ailleurs, bien que présentée aux États-Unis, la D12 sera fabriquée en France. Laurent Tapie a ainsi tenu à préciser que la production aura lieu "dans le Sud, en Occitanie".

Une trentaine de voitures produites

"Contrairement à ce que j’ai pu entendre, le moteur ne vient pas de l’autre côté des Alpes, mais d’une filiale en Australie, il s’agit d’un V12 maison qui fait un très beau bruit", détaille l’entrepreneur. À noter que certaines pièces seront fabriquées en Afrique du Sud. Dans le détail, le projet "porte sur la construction d’un véhicule hybride, équipé d’un V12 atmosphérique de 900 chevaux, couplé à un moteur électrique de 330 chevaux pour un total de 1.230 chevaux", détaille le fils de Bernard Tapie.

>> A lire aussi - Rouler en Porsche 911 ou Coccinelle électrique ? C'est possible

Trois modes de conduite vont être proposés, dont un 100% électrique pour la ville. Une trentaine de voitures devraient être produites pour un véhicule "qui se veut la voiture de route la plus proche jamais construite d’une Formule 1", se réjouit dans Le Maine Libre Laurent Tapie qui

(...) Cliquez ici pour voir la suite