Le film tanzanien «Les révoltés» remporte le Tanit d'or à Carthage

AFP - FETHI BELAID

La 33ᵉ édition des Journées cinématographiques de Carthage dédiée au cinéma arabe et africain s'est clôturée samedi soir 5 novembre à Tunis en offrant son plus grand prix, le Tanit d'or, à un film tanzanien, « Les révoltés ». Ce film est le second long métrage du jeune réalisateur Amil Shivji, un représentant de l'actuelle nouvelle vague du cinéma tanzanien.

L’action du film Les révoltés se déroule à Zanzibar, mêlant amour et guerre. Son style de caméra statique, ses couleurs et sa musique ont séduit le jury, qui lui a donné, en plus du Tanit d’or, le prix de la meilleure image, alors que le Jury de la critique - Fipresci lui a également décerné son unique prix.

Le réalisateur Amil Shivji : « Mon film se déroule en 1950 à Zanzibar, c'est une histoire d'amour entre une femme récemment mariée, et un jeune communiste de Zanzibar qui combat le colonialisme britannique, et cherche à la fois à lutter pour l'indépendance de son pays et pour son indépendance personnelle, en essayant de trouver comment concilier les deux. »

Deux autres films ont été primés : Sous les figues de la Tunisienne Erige Sehiri, qui traite des relations amoureuses en période de cueillette dans un village tunisien. Il a obtenu le Tanit d'argent.

Quant au Tanit de bronze, il a été décerné au film égyptien Sharaf, de Samir Nasr. Ce long-métrage dresse un tableau sombre de la société égyptienne à travers le cadre étroit d'une prison.

►À lire aussi : Entretien - « Tigritudes » : « Les cinémas d’Afrique, c’est une image manquante »


Lire la suite sur RFI