Un film produit à Bordeaux récompensé au festival du film d'horreur de New York

Odile Morain
Le court métrage "Un peu après minuit" réalisé par deux Girondins vient d'être récompensé à New York à l'occasion d'un festival international consacré au film d'horreur. Après un refus de subvention du CNC, c'est la région Aquitaine qui a assuré le financement à hauteur de 50 % du film, une véritable récompense pour les deux co-cinéastes.

Anne-Marie Puga et Jean-Raymond Garcia sont aux anges, les deux réalisateurs du court métrage "Un peu après minuit" (diffusé sur France Télévisions) viennent tout juste d'apprendre que leur film a été primé au New York City Horror Film Festival. Une récompense méritée pour ce film à l'ambiance et à la photographie proches de l'univers de David Lynch. 

Reportage : C. Olivari / N. Pressigout / F. Dupuis

Merci la région Aquitaine !

Au départ, le film d'Anne-Marie Puga et de Jean-Raymond Garcia était prévu dans un format plus long. Mais faute de subventions de la part du Centre National du Cinéma (CNC), les deux réalisateurs ont fait appel à la région Nouvelle Aquitaine qui a sauvé le projet en finançant 50% du budget de 100 000 euros. Le reste du financement a été possible grâce à l'accompagnement de l'Agence régionale Écla et à l'autoproduction. 
Tourné dans le Limousin, le film reflète l'engagement régional du réalisateur Jean-Raymond Garcia . "Je fais partie des gens pour qui la décentralisation de l'audiovisuel a un vrai sens, je suis intimement convaincu que ça revitalise le secteur du cinéma de proposer d'autres histoires et d'autres esthétiques", affirme-t-il.

Une histoire en musiques

La musique du film, composée par Mathieu Mégemont suit en finesse le parcours des protagonistes et ajoute mélancolie et effroi au scénario. "J'espère que ce chemin musical permettra au spectateur de partager au mieux celui de Suzanne et le fera pénétrer harmonieusement dans l'étrangeté du film de Jean-Raymond et Anne-Marie", dit le musicien.

"Un peu après minuit", le synopsis : Suzanne est une jeune institutrice aveugle. Au sein de la petite communauté des non-voyants, elle suit avec assiduité un cours d'histoire de l'art consacré à l'érotologie de Satan et aux sorcières. Métamorphosée, Suzanne tente de voler les yeux d'un homme pour recouvrer la vue. L'échec de sa première tentative la conduit vers une proie plus abordable et ingénue, celle de son lecteur particulier et amoureux transi, Pierre. 



Retrouvez cet article sur Culturebox.fr

Agression sexuelle : le fils de Woody Allen conteste les accusations de sa sœur
"En Guerre" : Vincent Lindon présente "un des grands souvenirs" de sa vie à Agen
"La fête des mères" : un film choral sur les femmes plus que sur la maternité
"Bienvenue en Sicile" : quand les Alliés ressuscitaient Cosa Nostra
Affaire Weinstein : Schiappa loue "le courage" de l'actrice Asia Argento