Fillon juge que la polémique Sens commun l'a "totalement plombé"

François Fillon estime que la polémique sur Sens commun l'aurait rendu inaudible pendant la dernière semaine de la campagne avant le premier tour.

D'abord les affaires, puis Sens commun: après avoir laissé une large place au groupe issu de La Manif pour tous dans sa campagne, François Fillon estime aujourd'hui, selon Le Canard enchaîné, que c'est le mouvement conservateur qui a "totalement plombé" sa candidature dans sa dernière ligne droite avant le premier tour de la présidentielle. "Pendant une semaine, je n'ai parlé que de Sens commun, et ça a occulté tout le reste", regrette François Fillon.

Le candidat Les Républicains n'avait pas exclu d'intégrer des membres de Sens commun à son gouvernement, provoquant de vives réactions jusque dans son propre camp: "Je ne soutiendrai pas un gouvernement dont la ligne serait dictée par Sens commun. C'est simple, je serai dans l'opposition", avait par exemple déclaré Alain Juppé. Si bien qu'après la séquence des affaires, il avait été largement interrogé sur la place des co-organisateurs du rassemblement du Trocadéro.

Fillon, "un type orgueilleux"

Le sarkozyste Luc Chatel commente: "Fillon aurait dû tenter de corriger sa déclaration. Mais, comme c’est un type orgueilleux, il ne l’a pas fait, et cette histoire nous a fait perdre des voix, et peut-être la qualification pour le second tour."

Quatre jours avant le premier tour, François Fillon déclarait encore, sur TF1: "Il faut rassembler les Français et pour rassembler les Français, il ne faut ne pas jeter le discrédit sur telle ou...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages