FILLON Le défi défilé

Libération.fr

Alors que les défections s’accélèrent autour du candidat LR, celui-ci mise tout sur le «grand rassemblement de soutien» qui doit se tenir ce dimanche, à Paris, espérant une démonstration de force suffisante pour faire taire les appels au retrait.

Debout sur le toit de son quartier général, la tour Eiffel en arrière-plan, François Fillon s’adresse à ses sympathisants : il leur demande de se dresser pour «rallumer la fierté française». Le visage marqué, il redit que l’enjeu «dépasse [sa] personne». Contre ceux qui veulent les «priver de leur choix», il invite à «résister» avec «le calme assuré de ceux qui respectent les institutions démocratiques», en venant «très nombreux» dimanche, place du Trocadéro. Dans cette courte vidéo, diffusée sur Facebook, le candidat donne à voir une détermination fiévreuse et une grande fatigue. Tout indique que ce message est celui de la dernière chance. Seul un puissant élan populaire peut encore déjouer les plans de ceux, de plus en plus nombreux, qui demandent ouvertement que la droite change de candidat.

Une heure après la mise en ligne de cette vidéo, l’indispensable directeur de campagne Patrick Stefanini rendait publiques les raisons de sa démission, «irrévocable», a-t-il précisé à Libération, qu’il n’officialisera que dimanche soir à la demande de François Fillon. Outre qu’il était personnellement favorable à l’arrêt de la campagne dès l’annonce de la probable mise en examen du candidat, il avance qu’il ne «reste plus rien» de tout son travail pour construire une équipe de campagne et sceller un accord avec l’UDI. Il souligne surtout qu’il «refuse d’assumer» une défaite de la droite dès le premier tour qui, selon lui, «ne peut plus être exclue». Privée de son homme-orchestre, la campagne peut-elle continuer ? Stefanini passe lui-même le relais au Vendéen Bruno Retailleau, l’homme qui a encouragé Fillon à poursuivre. Pour ce dernier, rien n’est perdu.

Désastre. Vendredi soir, le plus fidèle des fillonistes était attendu au théâtre (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Alain Juppé, potentiel plan B déjà plombé ?
«Ce que ça me rappelle, c’est la manif des partisans de Berlusconi, en 2013»
Equipée solitaire
Images Musique Livres
l’implosion

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages