Fillon "assume" sa défaite, appelle à faire barrage au FN

François Fillon, donné battu au premier tour de l'élection présidentielle selon les premières estimations, a appelé dimanche à voter en faveur d'Emmanuel Macron le 7 mai prochain pour faire barrage à la présidente du Front National Marine le Pen dont le programme mènerait la France "à la faillite". /Photo prise le 23 avril 2017/REUTERS/Christian Hartmann

PARIS (Reuters) - François Fillon, donné battu au premier tour de l'élection présidentielle selon les premières estimations, a appelé dimanche à voter en faveur d'Emmanuel Macron le 7 mai prochain pour faire barrage à la présidente du Front National Marine le Pen dont le programme mènerait la France "à la faillite".

"Malgré tous mes efforts, malgré ma détermination, je n’ai pas réussi à vous convaincre", a dit le candidat de la droite et du centre à la presse, à son QG de campagne à Paris.

"Les obstacles mis sur ma route étaient trop nombreux, trop cruels, le moment venu, la vérité de cette élection sera écrite", a ajouté l'ancien Premier ministre, mis en examen le 14 mars dernier dans l'enquête sur de potentiels emplois fictifs dont auraient bénéficié sa femme et ses enfants.

"J'assume mes responsabilités. Cette défaite est la mienne et c'est à moi, et à moi seul de la porter", a-t-il estimé.

A deux semaines du second tour, le député Les Républicains appelle à "choisir ce qu’il y a de préférable pour notre pays."

"Je ne le fais pas de gaieté de cœur mais l’abstention n’est pas dans mes gènes surtout lorsqu’un parti extrémiste s’approche du pouvoir", a souligné François Fillon. "Le Front national, ce parti créé par Jean-Marie Le Pen, a une histoire qui est connue pour sa violence et pour son intolérance. Son programme économique et social mènerait notre pays à la faillite et à ce chaos, il faudrait ajouter le chaos européen avec la sortie de l’euro".

"L’extrémisme ne peut qu’apporter malheur et division à la France. Dès lors, il n’y a pas d’autre choix que de voter contre l’extrême droite, je voterai donc en faveur d’Emmanuel Macron".

(Marine Pennetier et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages