Les filles du PSG vengent les garçons face au Barça (et battent un record au passage)

Claire Tervé
1 / 3
Les filles du PSG vengent les garçons face au Barça (et battent un record au passage)

FOOTBALL- Quand les femmes sauvent l'honneur. L'équipe féminine du PSG s'est imposée sans trop de difficultés face à Barcelone samedi au Parc des Princes (2-0) et s'offre la deuxième finale de son histoire en Ligue des champions.

Une façon pour elles de "venger" l'équipe masculine du PSG qui s'était pris un sacré revers avec la fameuse "remontada" du Barça (6-1), le 8 mars dernier, en 8e de finale retour, malgré un succès 4-0 à l'aller

Les Parisiennes avaient déjà disputé une finale en 2015, perdue face aux Allemandes de Francfort 2-1. Elles ont cette fois rendez-vous à Cardiff le 1er juin où elles affronteront Lyon ou Manchester City, qui jouent dans la soirée au Parc OL.

Et, petit bonus, la section féminine du PSG, qui a l'habitude de jouer à Saint-Germain-en-Laye ou à Charléty, à Paris, était cette fois-ci encouragée par près de 20.000 personnes, un record pour un match féminin au Parc, et par les chants des Ultras bien présents au Stade.

Un grand jour pour le foot féminin français

"Le foot féminin français a progressé, a avancé. Il y a quelques années c'étaient des finales allemandes, aujourd'hui, si Lyon se qualifie, c'est une finale française. C'est un grand jour pour le foot féminin français", a salué l'entraîneur de Paris Patrice Lair. Contre Barcelone, ses joueuses s'étaient imposées 3-1 à l'aller en Catalogne et elles étaient donc largement favorites avant cette demi-finale retour au Parc.

Elles ont pourtant eu bien du mal à rentrer dans la partie, malgré leur insolente possession de balle. L'une des Parisiennes les plus entreprenantes, la Brésilienne Cristiane, s'en est d'ailleurs un peu agacée, réclamant à plusieurs reprise à ses partenaires d'aller davantage vers l'avant en première période.

Comme cela peut arriver dans ce genre de rencontre, il a fallu un penalty pour débloquer le match. C'est Cristiane qui s'est chargée de provoquer la faute dans la surface adverse puis qui a laissé le soin à Sabrina Delannoy de transformer le penalty d'une...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages