Les Filles du docteur March (Canal+) Comment Greta Gerwig a dépoussiéré le roman de Louisa May Alcott

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L’histoire de Jo, Beth, Meg et Amy March, issues d’une famille progressiste, modeste mais charitable, durant la guerre de Sécession, a fait l’objet de sept versions sur grand écran. La réalisatrice américaine Greta Gerwig (nommée aux Oscars en 2018, pour Lady Bird), elle, a voulu faire de ce classique de la littérature jeunesse du XIXe siècle, un manifeste féministe, dont peuvent s’inspirer les filles et les garçons d’aujourd’hui. "C’était l’un de mes livres doudous, je le lisais et le relisais sans cesse. J’ai arrêté vers l’âge de 14 ans, et quand je m’y suis replongée, l’année de mes 30 ans, je l’ai trouvé totalement moderne, plein de fraîcheur, d’étrangeté, d’urgence", confiait-elle à L’Obs, en 2020. À l’origine, le roman a été publié, en 1868, en deux parties : la première racontait l’enfance heureuse des soeurs March, et la seconde les vicissitudes de l’âge adulte. Greta Gerwig bouscule l’ordre du récit par de constants va-et-vient entre les deux périodes, avec, pour fil rouge, l’histoire de Jo. "Je lui rends hommage, explique la cinéaste. Elle est mon personnage préféré. Elle et ses soeurs ont été mes superhéroïnes, mes araignées radioactives. Sans Jo, je ne serais ni scénariste, ni réalisatrice."

À lire également

Emma Wat... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles