La fille de Richard Berry "révoltée" qu'il joue l'avocat de femmes et d'enfants dans un spectacle

·2 min de lecture

La fille aînée du comédien qu'elle accuse d'inceste dans les années 1980 se dit "révoltée" que son père joue l'avocat de femmes et d'enfants dans un spectacle qui reprend fin octobre à Paris.

Coline Berry-Rojtman, fille aînée du comédien Richard Berry qu'elle accuse d'inceste dans les années 1980, se dit "révoltée" que son père joue l'avocat de femmes et d'enfants dans un spectacle qui reprend fin octobre à Paris, d'après une lettre consultée ce samedi 4 septembre par l'AFP.

Dans cette lettre datée de jeudi et adressée au bâtonnier de l'Ordre des avocats de Paris, Me Olivier Cousi, la plaignante écrit que "si mon père a nié (dans les médias) les accusations portées à son encontre, il a toutefois depuis cette plainte, admis publiquement des faits de graves violences conjugales répétées".

"Il a pour mémoire reconnu avoir gravement frappé ma mère, Catherine Hiegel, qui a depuis perdu un tympan", assure-t-elle. "C'est en tant que femme et en tant que plaignante que je trouve révoltant et insultant qu'une personne qui a déjà reconnu certains des faits dont on l'accuse à l'égard des femmes puisse revendiquer d'être le porte-parole de ces dernières et d'enfants victimes d'infractions pénales."

Une enquête préliminaire a été ouverte 

Coline Berry-Rojtman a porté plainte le 25 janvier contre l'acteur qu'elle accuse d'inceste dans les années 1984-85. Une enquête préliminaire a été ouverte le même jour par le parquet de Paris. Richard Berry a démenti "de toutes (ses) forces et sans ambiguïté ces accusations immondes". 

Auprès du journal Le Monde, il a toutefois "reconnu" des "coups" qui auraient été portés contre la mère de Coline Berry-Rojtman, Catherine Hiegel, ainsi que contre une autre ex-compagne, Jeane Manson.

Le 31 octobre, il doit reprendre au Théâtre Libre à Paris le spectacle Plaidoiries, dans lequel il enfile la robe d'avocat et reproduit cinq plaidoiries, parmi lesquelles une de la défunte avocate Gisèle Halimi en défense de l'avortement, ou une autre de Me Jean-Pierre Mignard en défense des familles de Zyed Benna et Bouna Traoré, décédés dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois en 2005 alors qu'ils fuyaient la police.

Coline Berry-Rojtman demande au bâtonnier "de ne pas être aussi complice de cette imposture en restant silencieux face à cet usage détourné de la robe d'avocat." "Si Richard Berry veut continuer à interpréter des rôles, qu'il le fasse, mais qu'il cesse d'endosser la robe et le titre qui font la grandeur de votre profession", écrit-elle encore.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles