Filiation et parents trans: le combat des familles pour être reconnues

·1 min de lecture
Photo d'illustration d'un couple de femmes et leur enfant. (Photo: JEFF PACHOUD via AFP)
Photo d'illustration d'un couple de femmes et leur enfant. (Photo: JEFF PACHOUD via AFP)

FAMILLES - “Notre situation a provoqué une espèce de ‘gender panic’ à la mairie”, se remémore Ali dans un rire étouffé. En septembre 2019, lui et son époux François se rendent à l’Hôtel de Ville de la commune où ils résident, enSeine-Saint-Denis. Ali doit accoucher dans quelques mois et les deux hommes s’inquiètent de savoir comment sera établiela filiation de leur enfant. Une démarche habituellement simple, mais qui va dans leur cas poser des difficultés.

Ali, qui porte l’enfant, est un homme transgenre (donc né dans un corps de femme avec des organes reproducteurs féminins, ndlr.). Lorsqu’il débute sa transition il y a quinze ans, les personnes trans sont censées être opérées - et donc stérilisées - pour pouvoir bénéficier d’un changement d’état civil. “J’ai réussi à passer entre les mailles du filet”, reconnaît aujourd’hui le papa qui souhaitait ainsi garder la possibilité de porter un jour un enfant. Une décennie plus tard, il s’est lancé dans l’aventure avec François.

Si Ali confie avoir “très bien vécu sa grossesse” et “le regard des autres sur lui”, les angoisses se trouvent ailleurs. “Je me sentais fort et fier, sourit-il. Mais on savait que cette naissance allait poser des questions juridiques, au niveau de l’établissement de la double filiation paternelle”. Ça n’a pas manqué.

En droit français, la filiation est automatiquement établie à l’égard de la mère par l’accouchement et le père bénéficie de la présomption de paternité si le couple est marié. En ou...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles