La filière œufs promet d'adopter "progressivement" des alternatives à l'élimination des poussins mâles

·1 min de lecture

Les professionnels des œufs vont accélérer l'an prochain le déploiement de solutions permettant d'éviter l'élimination à la naissance des poussins mâles, a indiqué jeudi l'interprofession. Chaque année en France, dans la filière dédiée à la production d'œufs, au moins 45 millions de poussins mâles sont éliminés (par gazage ou broyage), car ne pouvant pondre et trop lents à grossir pour fournir assez de viande. Le gouvernement avait promis il y a plus d'un an que cette pratique décriée serait interdite d'ici à "fin 2021". 

Plusieurs solutions envisagées

"Nous maintenons l'objectif fixé et travaillons avec la filière, qui doit présenter prochainement des plans de sortie", a récemment affirmé le ministère de l'Agriculture. Mais la filière, représentée par l'interprofession des œufs CNPO, ne sera pas prête dans ce délai. "Certaines entreprises ont des solutions mais ça ne permet pas de satisfaire la totalité du marché français", a déclaré le président du CNPO, Philippe Juven, lors d'une conférence de presse. L'interprofession s'est fixée pour objectif de déployer "progressivement" des alternatives à l'élimination des "frères de poules" à partir de 2022.

Première solution : le "sexage in ovo", une technologie nouvelle qui consiste à détecter le sexe des embryons pour écarter les mâles de la production avant qu'ils n'éclosent. Une poignée d'entreprises, comme les Fermiers de Loué, y ont déjà recours. Mais "la recherche se poursuit" afin d'"améliorer ces méthodes" qui ont pour incon...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles