Avec "du filet de porc à 4 euros, tu manges de la merde !", un boucher et une végane échangent dans "Envoyé spécial"

France 2

En juin 2019, Karine était en tête d'une manifestation pour la fermeture des abattoirs. Romain, lui, a vu sa boucherie vandalisée par des activistes. Pour "Envoyé spécial", ils ont accepté de passer quarante-huit heures ensemble et de relever un défi : prendre le temps de s'écouter. Dans cet extrait, c'est Karine qui a concocté le programme de la journée. En route vers sa "maison végane" en Creuse, elle décide d'expliquer sa démarche au boucher parisien, chiffres à l'appui.

L'immense majorité des animaux que nous mangeons sont issus d'une production intensive où ils sont entassés, souvent sans même assez d'espace pour se retourner : 100% des cailles pondeuses, 99% des lapins, 97% des dindes, 95% des cochons, 83% des poulets, 63% des poules pondeuses, 60% des chèvres… Ces chiffres, que cite Karine, sont exacts... et l'intensification de l'élevage ne fait que se poursuivre. Selon l'ONG Greenpeace, la France compte 4 413 fermes-usines. Rien que dans sa région, Karine a manifesté ces derniers mois contre trois projets.

"Tu condamnes le mec qui produit ; moi, je condamne aussi le consommateur"

Ce qui a décidé la jeune femme à militer, ce sont des vidéos tournées à l'intérieur de ces élevages. On y voit des porcelets dont les dents sont meulées et la queue coupée – pour éviter le cannibalisme. Pour elle, impossible de "cautionner cette forme de production" : "Comment on peut accepter de consommer une viande d'animaux (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi