Avec Fil&Fab, ces jeunes français recyclent les filets de pêche

·2 min de lecture

La société Fil&Fab, créée en 2019 à la pointe bretonne par trois jeunes designers, tisse sa toile avec l'objectif de lancer à terme des objets 100% issus de nasses recyclées.

Elle se présente comme la première entreprise française de régénération de filets de pêche: la société Fil&Fab, créée en 2019 à la pointe bretonne par trois jeunes designers, tisse sa toile avec l'objectif de lancer à terme des objets 100% issus de nasses recyclées. "Les filets finissent enfouis, incinérés ou sont partiellement recyclés hors de France", explique à l'AFP Yann Louboutin, fondateur avec Théo Desprez et Thibaut Uguen de l'entreprise qui vient de s'installer dans un hangar de 1.500 m2 à l'entrée de Plougonvelin, petite cité balnéaire à la pointe du Finistère.

Une partie des filets, dont la durée de vie se compte parfois uniquement en mois, finit aussi au fond des océans.

Selon Bruxelles, le matériel de pêche contenant des matières plastiques représente 27% des déchets marins retrouvés sur les plages européennes. Il est ainsi prévu une filière à responsabilité élargie des producteurs (REP) en Europe pour le matériel de pêche. Si des solutions commencent a émerger pour réduire cette pollution, comme la fabrication de filets biodégradables ou compostables, nombreux sont aussi les projets visant à recycler les filets usagés. "L'idée est de regrouper toutes ces initiatives locales pour créer une filière nationale", explique Yann Louboutin, 25 ans, en montrant la broyeuse récemment acquise pour réduire les filets, nettoyés et triés par couleurs, en fibres de quelques centimètres.

Actuellement ces fibres sont envoyées en Italie pour être traitées dans une extrudeuse qui les transforme en granulés de polyamide. Mais d'ici à 2022, l'entreprise bretonne aura acquis sa propre extrudeuse, d'un coût de 550.000 euros, capable de traiter chaque année l'ensemble du gisement français de filets provenant de fileyeurs, les(...)


Lire la suite sur Paris Match