Comment la figure du psy a évolué à la télévision

Par Marion Miclet
·1 min de lecture
The Soprano, avec Lorraine Bracco et James Gandolfini
The Soprano, avec Lorraine Bracco et James Gandolfini

« Qu'est-ce qui vous amène aujourd'hui ? » C'est ainsi que commence toute visite chez le psy. Aussi convenue soit-elle, cette question est essentielle dans la représentation de la thérapie à la télévision, car elle annonce la fusion entre divertissement et subconscient. La scène de fiction au décor codifié (en cabinet privé, à l'hôpital) se transforme alors en séance d'analyse, aussi bien pour le personnage assis sur le divan que pour le spectateur installé dans son canapé. En tout cas, c'est ce qu'espère Éric Toledano, qui a réalisé avec Olivier Nakache En thérapie, la nouvelle production Arte adaptée de la série israélienne BeTipul d'Hagai Levi. Selon lui, « En thérapie montre que la psychanalyse s'adresse à tout le monde. [?] Je crois sincèrement qu'aller à la rencontre de ces personnages peut nous éclairer sur nous-mêmes. » De plus, la série est un baume apaisant face à l'incertitude liée au Covid, nous donnant l'impression d'être écoutés, compris et cadrés.

À LIRE AUSSIAvec « En thérapie », plus besoin d'aller chez le psy

Frédéric Pierrot et Reda Kateb dans En thérapie sur Arte © Arte

Plus que jamais avec le confinement, les séries télé occupent une place centrale dans notre intimité : grâce à leur rythme régulier et leur extension sur la durée, elles sont source de réconfort, évasion et catharsis. Certains iraient même jusqu'à affirmer queFriends leur fait plus d'effet qu'un Valium (notez la prééminence du divan dans cette sitcom, pourtant tout sauf [...] Lire la suite