"Fiers de servir l'Etat", les anciens élèves de l'ENA défendent leur école

·1 min de lecture

L'association des anciens élèves de l'ENA, qui compte plus de 10.000 membres, défend l'institution dont la disparition a été annoncée par Emmanuel Macron. "Sait-on que ceux qui ont intégré l'ENA cette année sont à 37% des boursiers? (…) Il faut sortir des caricatures pour traiter les problèmes, de manière constructive, car nous reconnaissons la nécessité d'une réforme en profondeur de la haute fonction publique que nous appelons de nos vœux depuis plusieurs années." Pour les signataires, une autre voie est possible : "Nous avons la conviction qu'il n'était ni nécessaire, ni utile de supprimer l'ENA." Voici leur tribune.

"La quasi-totalité d'entre nous, anciens élèves de l'ENA, français et étrangers, ne sommes jamais entrés en politique, n'avons jamais cherché à travailler dans une entreprise privée : nous avons choisi de consacrer notre vocation, après un concours et une scolarité difficiles qui demandent des sacrifices, à être concepteurs, pilotes et évaluateurs de politiques publiques, préfets ou sous-préfets, diplomates, gestionnaires des ressources humaines ou financières, magistrats administratifs et financiers, inspecteurs, etc.

Lire aussi - Pourquoi le remplacement de l'ENA par le nouvel Institut du service public ne fait pas l'unanimité

A Paris, en régions et à l'étranger, nous œuvrons au quotidien pour toutes les politiques publiques, des armées à la culture, de l'économie à l'éducation. Nous participons à la gestion de toutes les crises, des attentats terroristes à ...


Lire la suite sur LeJDD