Les Fidji saisissent le yacht à 300 millions de dollars d’un oligarque russe

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
US DEPARTMENT OF JUSTICE / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

C’est un “superyacht” d’une valeur de 300 millions de dollars que les autorités fidjiennes ont saisi, le jeudi 5 mai, “à la demande des États-Unis, dans le cadre des sanctions mises en place contre l’élite russe en réponse à l’invasion de l’Ukraine”, rapporte The Washington Post.

L’Amadea, un “navire de luxe” de 106 mètres de longueur, appartiendrait à l’oligarque russe Suleyman Kerimov, l’un des hommes “les plus riches de Russie”. Ce proche de Vladimir Poutine a bâti sa fortune dans l’extraction de l’or et “a été identifié par le Trésor américain comme un représentant du gouvernement de la Fédération de Russie”.

Il fait l’objet des sanctions décidées après l’invasion de l’Ukraine par la Russie contre ces oligarques qui, selon l’administration Biden, “profitent du gouvernement russe par le biais de la corruption et de leurs activités malveillantes dans le monde entier”.

Selon le ministère de la Justice américain, le yacht faisait partie du patrimoine de Kerimov au début de mars, au moment où ont été décidées les sanctions par les États-Unis, l’Union européenne et le Royaume-Uni. Depuis, “des transactions financières ont été enregistrées par des institutions bancaires américaines par Kerimov et ses associés pour l’entretien du navire”.

La ministre de la Justice adjointe des États-Unis, Lisa Monaco, a déclaré jeudi :

“J’avais averti que le ministère avait dans le viseur chaque yacht acheté avec de l’argent sale.”

Le bateau amarré à Lautoka, dans l’ouest de l’archipel des Fidji, avait été immobilisé à la mi-avril par les autorités locales, à la suite de l’émission d’un mandat de saisie américain, dans l’attente de la décision de justice du tribunal fidjien.

Les riches amis de Vladimir Poutine “ont tenté de trouver des eaux sûres pour leurs superyachts dès le début de la guerre”, rappelle le quotidien de la capitale américaine, les déplaçant parfois pour échapper aux sanctions. En mars, c’est à Cannes qu’avait eu lieu la première grosse prise, annoncée par le ministère de l’Économie français, celle de l’Amore Vero, un yacht de 120 millions de dollars et de 85 mètres de longueur appartenant à l’oligarque russe Igor Setchine.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles