Et si la fibromyalgie était une maladie auto-immune ?

·1 min de lecture

Environ 2 % de la population européenne, pour la plupart des femmes, est touchée par la fibromyalgie, une maladie chronique mal connue, caractérisée par des douleurs musculaires et articulaires constantes, une fatigue générale, des troubles du sommeil, et une santé mentale fragile, sujette à l'anxiété et à la dépression. La sensation de douleur constante, aggravée par le froid, le stress ou l'humidité, est associée au dysfonctionnement des circuits de la douleur dans le cerveau et le système nerveux périphérique. Certains malades présentent aussi une dérégulation du système immunitaire.

Fibromyalgie : bientôt un test sanguin pour le diagnostic ?

Ce pendant immunologique de la fibromyalgie a intéressé des chercheurs suédois et anglais. Ils se sont demandé si des auto-anticorps, qui s'attaquent au soi, pourraient participer à l'émergence des symptômes clés de la maladie. Ils publient les résultats de leurs expériences menées sur des souris dans The Journal Of Clinical Investigation.

Douleurs constantes, fatigue générale, anxiété..., la fibromyalgie concerne plus les femmes que les hommes. © agenturfotograpfin, Adobe Stock
Douleurs constantes, fatigue générale, anxiété..., la fibromyalgie concerne plus les femmes que les hommes. © agenturfotograpfin, Adobe Stock

Transmettre la fibromyalgie aux souris

L'hypothèse présentée dans cette publication est la suivante. Si des auto-anticorps, des IgG plus précisément, ont un rôle à jouer dans la fibromyalgie, des souris saines devraient développer les symptômes de la maladie si on leur en injecte. Elles ont donc reçu une injection de sérum issu de personnes atteintes de fibromyalgie et qui contient uniquement des IgG.

Les rongeurs ont développé les symptômes de la fibromyalgie suite à cette injection. Ils sont devenus plus sensibles au froid ou à des stimuli mécaniques, et ont perdu leur vivacité. À l'inverse, les sérums des personnes saines, ou ceux des malades dépourvus de leurs IgG, n'ont pas rendu les souris malades.

Le lien entre auto-anticorps et douleur

Comment agissent ces auto-anticorps ? D'après les conclusions des auteurs, ils n'activent pas les neurones...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles