Fiasco au Stade de France: Les vidéos de la RATP ont été supprimées automatiquement

Les images capturées par la SNCF et la RATP le jour du match Liverpool - Real Madrid auraient pu être d'une grande aide pour démêler le fiasco du Stade du Stade de France. (Photo: Sarah Meyssonnier via Reuters)
Les images capturées par la SNCF et la RATP le jour du match Liverpool - Real Madrid auraient pu être d'une grande aide pour démêler le fiasco du Stade du Stade de France. (Photo: Sarah Meyssonnier via Reuters)

Les images capturées par la SNCF et la RATP le jour du match Liverpool - Real Madrid auraient pu être d'une grande aide pour démêler le fiasco du Stade du Stade de France.  (Photo: Sarah Meyssonnier via Reuters)

STADE DE FRANCE - Alors qu’ils avaient été évoqués par Gérald Darmanin lors de son audition devant le Sénat, les enregistrements de vidéosurveillance du 28 mai appartenant à la RATP ont été supprimées automatiquement, comme les bandes de l’enceinte du Stade de France captées lors du match Liverpool-Real Madrid.

Ce vendredi 10 juin, les deux compagnies de transport ont confirmé au Parisien-Aujourd’hui en France que leurs images de la journée et du soir de la finale de Ligue des champions le 28 mai ont été supprimées 72 heures après la rencontre, car la justice n’a pas fait de demande pour réquisitionner des copies des bandes dans le temps imparti.

La SNCF a plus tard rectifié: elle est toujours en possession de ses images. “Les images de vidéoprotection sont normalement effacées automatiquement au bout de trois jours. Dans le cas des événements au Stade de France, l’effacement automatique des images a été bloqué et les images ont été conservées, comme l’autorise la législation pour une durée de 30 jours”, a exposé un porte-parole à l’AFP.

De son côté, la RATP avance que “le délai de conservation des vidéos des caméras de vidéoprotection est de 72 heures pour des raisons de stockage”. Les images du soir de la finale de la Ligue des champions ont donc été écrasées.

De nouvelles preuves détruites

Moins de 24 heures après les révélations d’Erwan Le Prévost, directeur des relations institutionnelles de la FFF devant les sénateurs, concernant la destruction des images de vidéosurveillance du Stade de France, c’est une nouvelle déconvenue après le fiasco du 28 mai.

D’autant que les images appartenant à la RATP auraient pu permettre d’éclaircir certaines zones d’ombre concernant les flux de supporters qui se sont rendus et qui ont quitté le Stade de France le jour de cette finale de coupe d’Europe à Paris. En effet, le réseau de caméras dont dispose l’entreprise permet de filmer l’intérieur des stations, mais aussi les quais et les abords des gares et stations de Saint-Denis.

Contacté par Le Parisien, le parquet de Bobigny n’a pas encore répondu à cette absence de réquisition judiciaire auprès de la SNCF et de la RATP pour récupérer ces images pourtant cruciales.

À voir également sur Le HuffPost: Ligue des champions: le préfet Lallement reconnaît un ”échec” qu’il assume (en partie)

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles