A la FIAC, les artistes africains sont de plus en plus présents

franceinfo Culture avec agences

L'art africain s'invite chaque année un peu plus à la Foire internationale d'art contemporain (FIAC) de Paris, avec ses questions sur l'immigration, l'environnement, la mondialisation des échanges, en dialogue avec l'art américain et européen.

Pour la première fois, une galerie d'Afrique sub-saharienne fait son entrée à la FIAC : Cécile Fakhoury, après avoir ouvert des galeries en 2012 à Abidjan et 2018 à Dakar, et avoir participé à des foires spécialisées africaines, y "voit une suite logique des choses. Une participation au même titre que les autres, sans avoir le label Afrique", insiste-t-elle auprès de l'AFP.

Les galeries Selma Feriani (Tunis), Magnin-A -avec des artistes africains historiques comme les photographes maliens Seydou Keita et Malick Sidibé-, Mariane Ibrahim (Chicago) avec l'artiste ghanéen Amoako Boafo, Imane Farès (Paris), Templon (Paris)... La création contemporaine africaine est à l'honneur dans diverses galeries.


Une vague depuis trois ou quatre ans

"La vague africaine est arrivée depuis trois ou quatre ans", analyse Imane Farès, directrice énergique de la galerie éponyme, qui oeuvre "par passion et par choix" depuis dix ans à faire connaître les artistes d'Afrique et du Moyen-Orient.

Pour les exposants comme pour les artistes, ces derniers ne sont pas à ranger dans des cases nationales ou ethnographiques, mais ils (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi