"Je suis fière d’être ici pour aider" : à Toulouse, des étudiants en médecine sont venus renforcer les équipes du Samu

franceinfo, Stéphane Iglésis

"Oui bonjour, c’est le docteur de la régulation du 15, qu’est-ce qu’on peut faire pour vous madame ?" Pour faire face à un nombre de coups de fil qui a largement augmenté dans les premiers jours de la crise sanitaire liée au coronavirus, le Samu 31 basé au CHU de Toulouse a fait appel aux étudiants en médecine pour notamment assurer la régulation, c’est-à-dire répondre au téléphone.

>> Suivez les dernières actualités sur le coronavirus dans notre direct

La salle de régulation du Samu, c’est un standard qui ne sonne pas, mais où se retrouvent une vingtaine de personnes, avec masques sur le nez et désinfection obligatoire à l’entrée évidemment. Ils sont 200 étudiants en médecine à s’être portés volontaire. "Les questions importantes, c’est sur les facteurs de risques surtout, explique Lise en 5e année, c’est-à-dire certaines pathologies. Et ensuite, il y a les signes de gravité, s’il n’arrive pas à parler ou à finir des phrases, ce sont des choses qui nous orientent".

La jeune médecin s’estime "très bien encadrée, on a toujours des masques, on nettoie tous les claviers, je me sens totalement en sécurité. Pour moi je ne prends pas de risque supplémentaire et justement, je suis fière d’être ici pour (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi