FFF : Un signalement à la justice vise Le Graët après les accusations de harcèlement

Les inspecteurs chargés de l’audit de la Fédération française de football ont émis un signalement à la justice pour « outrage sexiste » contre le président de 81 ans désormais « en retrait ».

FOOTBALL - Ŀétau se resserre autour de Noël Le Graët, qui risque désormais des poursuites au pénal. Les inspecteurs chargés de l’audit sur les pratiques et le management au sein de la Fédération française de football (FFF) ont émis un signalement à la justice pour un éventuel « outrage sexiste » commis par le président désormais en retrait de la « 3 F », a révélé le journal Le Monde samedi 14 janvier.

Ce signalement a été effectué auprès du procureur de la République de Paris après le témoignage de Sonia Souid, agente de plusieurs internationales françaises, recueilli par les auditeurs de l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche (IGESR). Cette figure du monde du football reproche notamment à Noël Le Graët des comportements sexistes à son égard.

« J’ai été informée par la cheffe de l’IGESR que, sur la base des témoignages recueillis par la mission FFF, elle a été conduite à effectuer un signalement conformément à l’article 40 du code de procédure pénale, en raison d’un faisceau d’éléments concordants sur des faits susceptibles de revêtir une qualification pénale », a réagi la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, citée par Le Monde. Pour rappel, l’article 40 enjoint aux fonctionnaires qui ont connaissance d’un possible crime ou délit d’en faire part à la justice.

Sollicité par l’Agence France presse (AFP), le ministère des Sports précise qu’Amélie Oudéa-Castéra a été informée de ce signalement, conformément à la procédure, et qu’elle n’a pas vocation à s’exprimer davantage sur le sujet.

Le Graët étonné des fuites dans le dossier

De son côté, Noël Le Graët s’est dit étonné qu’il puisse y avoir des fuites dans le dossier. « Je viens de prendre connaissance avec étonnement d’un article du Monde faisant état de fuites sur le rapport provisoire en cours de préparation (de l’IGESR) », a réagi la figure de la FFF dans une déclaration transmise à l’AFP.

« À ce stade je ne connais ni les faits qui me sont reprochés, ni les personnes qui en sont à l’origine », déclare Noël Le Graët. « Plus généralement je m’étonne que des informations puissent être divulguées alors même que le rapport provisoire ne m’a pas encore été transmis et que je n’ai pas été en mesure de faire valoir mes observations sur celui-ci », ajoute-t-il.

L’agente Sonia Souid a publiquement dénoncé cette semaine, auprès du quotidien L’Équipe et sur BFMTV, le comportement évoquant des faits de harcèlement de celui qui préside la FFF depuis 2011, après avoir occupé plusieurs autres postes importants dans la hiérarchie du foot français. « Il m’a dit en tête à tête, dans son appartement, très clairement, que si je voulais qu’il m’aide, il fallait passer à la casserole », a-t-elle notamment affirmé.

Des témoignages qui s’accumulent

Évoquant ses rapports professionnels passés avec le patron du football français, elle a aussi expliqué avoir eu le sentiment « qu’à chaque fois, la seule chose qui l’intéresse, et je m’excuse de parler vulgairement, ce sont mes deux seins et mon cul ».

L’outrage sexuel ou sexiste vise une déclaration ou un comportement à connotation sexuelle ou sexiste portant atteinte à la dignité d’une personne, ou l’exposant à une situation pénible. L’infraction peut être punie d’une amende pouvant aller jusqu’à 750 euros.

Mercredi dans les colonnes du Parisien, deux femmes qui ont eu l’occasion de travailler avec Noël Le Graët à la FFF sont également sorties du silence. Elles évoquent notamment des « comportements déplacés souvent sous l’emprise de l’alcool », sa « misogynie bienveillante ». Et ce après déjà de multiples révélations sur le sujet, dans les colonnes du magazine SoFoot, de Radio France ou encore sous la plume du journaliste indépendant Romain Molina.

Noël Le Graët, dans la tourmente depuis des propos jugés indignes d’un président de fédération à l’égard de l’ancien international Zinédine Zidane, a été « mis en retrait » dans le courant de la semaine de la présidence de la fédération par le comité exécutif, réuni en séance extraordinaire. Son ancien vice-président, Philippe Diallo, assure désormais l’intérim.

Lire sur le HuffPost

VIDÉO - "Intouchable", "omnipotent" : Daniel Riolo dresse un portrait au vitriole de Noël Le Graët