Des feux zombies détectés en Amérique du Nord

·2 min de lecture

Dans les forêts de l’hémisphère nord, certains incendies ne s’éteignent pas complètement à l’approche de l’hiver. Ces feux zombies participent au réchauffement du climat.

Les feux de forêts parviennent à hiverner dans les sols des forêts boréales. C’est ce que confirme une étude publiée le 19 mai 2021 dans la revue Nature, relayée sur le site de La Recherche (voir encadré ci-dessous). Des écologues ont utilisé des images satellites de l’Alaska et des Territoires du Nord-Ouest canadiens afin d’identifier les nouveaux foyers correspondants à d’anciens incendies. Grâce à l’adoucissement des températures aux abords du cercle polaire, ces feux "zombies" parviennent à se consumer à bas bruit dans la matière organique sous la neige, avant de flamber à nouveau à la belle saison.

Un phénomène déjà observé en Sibérie

LA RECHERCHE. Retrouvez également sur le site de La Recherche l'article par Edwyn Guérineau.

Déjà observé en Sibérie, ce genre d'événement a été mieux caractérisé par les chercheurs américains et néerlandais. Les feux zombies, dits aussi feux hivernants, provoquent des incendies qui apparaissent très tôt dans la saison, avant le retour des orages ou de l’activité humaine. Le programme de détection développé par les scientifiques autorise une estimation de la surface touchée par les feux zombies. En 2008, ce sont près de 14.000 ha qui ont été concernés en Alaska, soit 38 % de l’aire incendiée cette année-là.

Le rôle du réchauffement climatique

Selon les auteurs de l’étude, le réchauffement climatique risque d’amplifier le phénomène. C’est ce que les scientifiques appellent une boucle de rétroaction, un cercle vicieux pour le climat. Les étés chauds favorisent l’implantation de feux zombies, qui rejettent du carbone dans l’atmosphère, accélérant encore le réchauffement. L’enjeu réside donc dans la détection précoce des foyers, afin de les combattre plus efficacement, pour juguler les émissions de gaz à effet de serre.

Par Edwyn Guérineau

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles