Feux de forêts : la gendarmerie révèle l'arrestation de près de 50 incendiaires présumés au cours de l'été

© REUTERS/Stephane Mahe

De la Gironde aux Bouches-du-Rhône, du Finistère au Var, de la Sarthe à la Charente, l'Hexagone a brûlé par tous les bords au cours de ce dernier été. Sur ces terrains incendiés, les gendarmes travaillent dans l'ombre des pompiers pour tenter de remonter jusqu'à d'éventuels suspects, les départs de feu étant neuf fois sur dix d'origine humaine, selon l'Office national des forêts (ONF). Dans une déclaration faite à l'Agence France-Presse vendredi, la gendarmerie nationale a dressé un bilan provisoire des arrestations effectuées à l'issue d'une quarantaine d'enquêtes, menées entre juillet et septembre. Durant cette période, 48 personnes soupçonnées d'être à l'origine de plusieurs incendies ont été interpellées.

Douze d'entre elles ont depuis été condamnées à exécuter des peines allant jusqu'à deux ans de prison. En outre, « plus d'une dizaine » a été placée en détention provisoire. « On a des profils très variés, des jeunes, des mineurs, des retraités, tous les milieux sociaux sont représentés avec une majorité d'hommes », a détaillé la lieutenante-colonelle Marie-Laure Pezant, porte-parole de la gendarmerie nationale, auprès de l'Agence France-Presse.

Lire aussi : Monoculture, coupes à blanc, réchauffement… Pourquoi la forêt française a besoin d’un traitement de fond

Pyromanes ou incendiaires ?

Parmi ces suspects, certains ont « un profil psychologique plus faible, parfois des troubles mentaux ». Par la suite, des expertises médicales détermineront s'il s'agit de pyromanes , ...


Lire la suite sur LeJDD