Les feux de forêt favorisent la formation de nuages plus riches en eau, mais pas la pluie !

·1 min de lecture

Lorsque les flammes ravagent des forêts, les fumées emportent avec elles une quantité de particules minuscules. Leur impact sur l’atmosphère, les nuages ou la météo n’a pas encore bien été étudié. Mais des chercheurs du NorthWest Research Associates (États-Unis) ont profité de la saison des incendies aux États-Unis en 2018 pour mener sept vols de recherche à ce sujet.

Rappelons que les nuages se forment lorsque la vapeur d’eau se condense en gouttelettes. À la faveur de minuscules particules en suspension dans l’air. Lorsque l’air est sec, le peu de vapeur présent s’accroche à quelques particules seulement, formant de grosses gouttelettes. Qui finiront en pluie. Mais lorsque des feux de forêt ont dispersé de la fumée dans l’atmosphère, les particules qui accrochent la vapeur d’eau ne manquent pas.

Même si dans certaines régions du monde — comme l’Amazonie —, une physique atmosphérique complexe pourrait intensifier les précipitations en cas de feux de forêt, les modèles suggèrent que la tendance serait plutôt à l’inverse. Les fumées des incendies pourraient exacerber les sécheresses. © Pierre, Adobe Stock
Même si dans certaines régions du monde — comme l’Amazonie —, une physique atmosphérique complexe pourrait intensifier les précipitations en cas de feux de forêt, les modèles suggèrent que la tendance serait plutôt à l’inverse. Les fumées des incendies pourraient exacerber les sécheresses. © Pierre, Adobe Stock

Plus de gouttelettes, moins de pluie

Résultat, les instruments embarqués par les chercheurs l’ont montré, les cumulus formés en présence de fumée contiennent, en moyenne, cinq fois plus de gouttelettes d’eau que les autres. Pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, il semblerait que cette importante quantité de gouttelettes ne rende pas les nuages plus susceptibles de produire de la pluie. Bien au contraire. Car ces gouttelettes sont aussi deux fois moins grosses que les autres. La probabilité pour que celles-ci entrent en collision et fusionnent jusqu’à devenir assez lourdes pour produire de la pluie serait ainsi « pratiquement nulle ».

Les chercheurs notent par ailleurs que les particules de fumée ont tendance à absorber la lumière du soleil et à réchauffer l’air qui les entoure. Les nuages, eux, sont plus denses et donc plus brillants. Ils reflètent...

> Lire la suite sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles