Feuilleton : terres de sel (4/5)

Le soleil se lève sur le lac Rose, situé à une trentaine de kilomètres de Dakar, la capitale du Sénégal. La nature se réveille et les travailleurs convergent à la mine de sel pour commencer leur journée de labeur. Avant de travailler, Abdoulaye s'enduit le corps de beurre de karité. Il va ensuite aller racler le sel dans les profondeurs du lac. Il protège ses plaies avec de la colle forte, le seul moyen pour lui d'éviter d'être brûlé par le sel.Les femmes transportent le sel sur leurs têtesLe lac Rose est l'un des symboles du Sénégal, célèbre pour ses couleurs et parce que pendant longtemps, les coureurs du Paris-Dakar terminaient l'épreuve sur les bords du lac. Aujourd'hui encore, ce site hors du commun est un passage obligé pour les touristes. L'eau du lac Rose est l'une des plus salées du monde. Pour les nageurs, le bain ne doit pas durer plus de 15 minutes, sous peine de voir sa peau être attaquée par le sel. Pendant que les touristes terminent leur visite, Abdoulaye est parti sonder les profondeurs du lac. Il racle le fond du lac depuis plus de dix ans. Abdoulaye est ivoirien. Pour la plupart, les Sénégalais ont abandonné ce travail trop pénible.