Feuilleton : Lakshadweep, des îles aussi paradisiaques que fragiles (3/4)

France 2

L'archipel est composé de 27 îles, dont dix seulement sont habitées, perdues quelque part dans la mer d'Arabie, entre l'Inde, à laquelle ces atolls sont rattachés, et les Maldives. Bienvenue à Lakshadweep, une destination quasi inconnue malgré sa beauté exceptionnelle. Si ces îles sont si peu connues du grand public, c'est parce que les autorités indiennes en contrôlent strictement l'accès. Il n'y a qu'un vol par jour vers Lakshadweep, fait par de petits avions uniquement. À l'arrivée, il faut présenter ses documents d'identité, mais surtout une autorisation de séjourner dans l'archipel, délivrée par le ministère indien du Tourisme. Il faut attendre au moins trois mois pour avoir le document, parfois plus longtemps. Les chanceux sont ensuite emmenés dans des bateaux du gouvernement. Devant eux finit par se distinguer au loin l'île de Kadmat, 5 000 habitants. Les touristes sont emmenés dans une partie non habitée de l'île. Encore une fois, tout est strictement contrôlé. Seuls 56 visiteurs, pas un de plus, peuvent séjourner ici en même temps.

Un territoire menacé par la montée des eaux

On trouve ici des cocotiers, des panneaux solaires et quelques bungalows. La principale activité reste l'observation sous-marine. Un instructeur de plongée né ici, à Lakshadweep, commence la formation de trois jeunes moniteurs, eux aussi originaires de l'archipel. La raison pour laquelle le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi