Feuilleton : embarquement immédiat (1/5)

L'aéroport d'Orly représente jusqu'à 650 vols par jour, mais aussi des dizaines de milliers de passagers et de pilotes qui se pressent pour ne pas manquer leur avion. Pour l'un de ces pilotes, Alain Iliou, impossible de prendre le moindre risque. Ce voyageur un peu particulier arrive avec quatre heures d'avance pour son enregistrement. "Je fais exactement comme tout le monde. Je mets juste une petite étiquette pour montrer que c'est un bagage équipage, pour qu'il aille dans la soute équipage, c'est tout", explique-t-il. Ce pilote d'Air France va s'envoler direction Cayenne (Guyane), soit 8h40 de vol à préparer. Il a 30 ans de carrière et des milliers de vols à son actif, mais à chaque fois, il découvre une nouvelle équipe.

Savoir se poser les bonnes questions Pour des questions de sûreté, pour éviter la routine et l'habitude, tout doit se passer comme s'il s'agissait d'un premier vol, avec des procédures standardisées. "Quand on prépare un vol, on le fait normalement, et puis on se pose des questions : 'Et si j'avais une panne moteur ? Et si j'avais une panne de pressurisation? Et si j'avais les deux en même temps ?'", explique-t-il. L'ensemble de l'équipage se réunit 1h30 avant le décollage. Départ ensuite pour la piste. La copilote fait un tour général de l'avion. Les vérifications se poursuivent ensuite à l'intérieur. Pendant ce temps, dans les sous-sols d'Orly, un peu plus de 50 000 bagages peuvent être chaque jour triés.