Comment les feuilles sont-elles affectées par les changements climatiques ?

Ce bouleversement climatique n’affecte pas uniquement la couleur des feuilles, mais perturbe entièrement le cycle annuel de croissance et de repos des arbres. Pour les forêts par exemple, on dit couramment que ce sont les poumons de notre planète. Elles jouent, en effet, un rôle essentiel dans la lutte pour limiter le réchauffement climatique. La sénescence des feuilles est le processus qui permet aux feuilles des arbres caduques de devenir jaunes, rouges et orange avant de tomber de l’arbre pour l’hiver. Cette période est aussi la fin de l’absorption du dioxyde de carbone par photosynthèse. Si ce processus est décalé, quelles en sont les conséquences ?

Avec des températures douces plus longtemps et l’arrivée de plus en plus précoce du printemps, les arbres et leurs feuilles connaissent des périodes de croissance plus longues, et les phases de transition sont aussi plus courtes entre les journées chaudes et les plus froides. L’automne est de plus en plus court, les scientifiques craignent donc que les arbres n’aient pas le temps de finir leur processus de photosynthèse avant l’arrivée de l’hiver et du froid. Ce processus risque d’avoir des conséquences désastreuses sur la croissance des arbres au printemps suivant. De plus, comme les forêts absorbent 30 % environ des émissions de dioxyde de carbone chaque année, si leur santé décline, ce seront aussi tous les bénéfices climatiques qui diminueront sur notre planète.

Le problème le plus préoccupant actuellement est le manque d’eau. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Départ de la mission Bougainville, une coopération inédite pour percer les secrets du plancton océanique
Les émissions individuelles de CO2 augmentent avec l'âge, selon une étude européenne
FireBot : conçu par un étudiant, un robot low cost pour aider les pompiers contre les incendies
Ces organismes qui prolifèrent sous nos pieds sont capables de produire de "l’oxygène noir"
Objectifs de neutralité carbone par pays : il faut les avancer de 5 à 10 ans, avertit l'AIE