Feu vert final du Parlement européen à la nouvelle politique agricole commune

·1 min de lecture

Le Parlement européen a adopté mardi la nouvelle PAC, destinée à "verdir" l'agriculture, malgré l'opposition des écologistes et d'une partie de la gauche qui ne la jugent pas à la hauteur des ambitions environnementales de l'UE. Les eurodéputés, réunis en session plénière à Strasbourg, se sont prononcés sur trois textes régissant cette Politique agricole commune, approuvés respectivement à 452 voix (178 contre, 57 abstentions), 485 voix (142 contre et 61 abstentions) et 487 voix (130 contre et 71 abstentions). Le groupe des Verts a voté contre ces trois textes, de même qu'une partie des Sociaux-démocrates (S&D) et la majorité de la GUE (gauche radicale).

Cette PAC, qui s'appliquera à partir de janvier 2023, est dotée d'un budget de 387 milliards d'euros jusqu'en 2027 – soit près d'un tiers du budget pluriannuel de l'UE – dont 270 milliards d'aides directes aux agriculteurs. La France reste le principal pays bénéficiaire. La réforme prévoit d'accorder des primes aux agriculteurs participant à des programmes environnementaux plus exigeants, recourant à des techniques plus écologiques ou contribuant à améliorer le bien-être animal. Les États devront consacrer en moyenne 25% par an des paiements directs à ces "écorégimes" entre 2023 et 2027, avec la possibilité de n'y consacrer que 20% les deux premières années.

Une PAC "plus durable, plus transparente"

"C'est une première", a souligné dans l'hémicycle du Parlement l'eurodéputé allemand Peter Jahr (PPE, droite), rapporteur d'un d...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles