Feu vert américain pour un nouveau médicament face à l’hyperactivité de l’enfant

·2 min de lecture

Depuis dix ans, il n’y avait pas de nouvelle molécule face au trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité de l’enfant (TDAH). C’est chose faite avec le Qelbree qui vient d’obtenir son feu vert aux États-Unis.

Voilà dix ans qu’aucune nouvelle molécule n’avait fait son apparition dans le traitement du trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité de l’enfant (TDAH - voir ci-dessous "pour en savoir plus"). Aux États unis, l’agence de régulation américaine vient toutefois de donner son feu vert pour le (viloxazine, laboratoire Supernus Pharmaceuticals). En fait il ne s'agit pas d'une nouvelle découverte mais plutôt d’une reformulation. En effet, la molécule, la viloxazine, a été utilisée pendant plusieurs décennies en Europe dans une autre indication, celle du traitement des épisodes dépressifs majeurs, mais n’avait jamais été validée par la FDA. Elle a d'ailleurs été retirée du marché mondial en 2005.

5% des enfants présentent des troubles du comportement

Pour mémoire, le TDAH est un trouble neurodéveloppemental complexe associant inattention, hyperactivité et impulsivité. Une entité en fait mal définie dont la prise en charge diffère également des deux côtés de l’Atlantique, les États-Unis étant plus prompts à une approche médicamenteuse que l’Hexagone. La fréquence du TDAH, mal évaluée, est estimée à environ 5% des enfants et perdure parfois chez l’adulte. Dans tous les cas, ce trouble souvent très handicapant nécessite une prise en charge spécialisée et globale associant thérapies comportementales et médicamenteuses. En pratique, il s'agit du maniement de deux classes thérapeutiques, celles dites stimulantes (à base de méthylphédinate, la fameuse Ritaline et autres apparentés Ritaline LP, Concerta LP, Quasym LP, Medikinet) et d’autres dites non stimulantes.

Aucune molécule proposée depuis dix ans

Voilà en fait dix ans qu’aucune nouvelle molécule n’avait été proposée dans cette affection. C'est donc chose faite avec le Qelbree qui se positionne lui comme une molécule non stimulante. Sur le plan pharmacologique, il s'agit d'un antidépresseur dit non tricyclique, un inhibiteur de la recapture de la noradrénaline, ce qui signifie qu'elle bloque l'absorption [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi