Festivals, stades, voyages… tout ce qu’il faut savoir sur le pass sanitaire

·1 min de lecture

Vous avez déjà réservé vos billets pour les Vieilles Charrues en juillet ? Pensez bien à vous munir d’un pass sanitaire conforme afin d’éviter toute déconvenue ! Dès ce mercredi 9 juin, la France entame la troisième étape du déconfinement. Celle-ci est notamment marquée par la réouverture des lieux accueillant plus de 1.000 personnes, tels que les établissements sportifs, les stades ou encore les festivals de musique en plein air. Mais pour y accéder, il faudra montrer patte blanche : un pass sanitaire justifiant d’une vaccination complète contre la Covid-19, d’un test négatif, ou d’une précédente infection sera requis pour regoûter à ces plaisirs jusqu’ici interdits. L'utilisation du pass sanitaire permettra notamment la mise en place de jauges de 5.000 personnes maximum jusqu’au 30 juin “tout en minimisant les risques de circulation du virus”, promettent les autorités. Gare à la précipitation : les conditions à respecter pour qu’un pass sanitaire soit valable sont strictes. Décryptage.

Comme pour les tests PCR, le pass sanitaire est destinéaux personnes âgées à partir de 11 ans . Or les enfants de 11 ans ne sont pas concernés par la vaccination. Le cabinet de Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique, précise que pour accéder à des événements rassemblant plus de 1.000 personnes, les enfants de 11 ans devront seulement présenter un test négatif de moins de 48 heures ou un certificat de rétablissement de la Covid-19.

Autre précision importante fournie par le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Emmanuel Macron giflé : ce que risquent les personnes interpellées
Une sénatrice accusée de harcèlement nommée dans une mission... sur le harcèlement scolaire !
Les Etats-Unis maintiendront “des centaines de sanctions” sur l’Iran même en cas d’accord sur le nucléaire !
Allemagne : après le choc du Covid-19 sur la croissance, celui des pénuries ?
Croissance : les pays riches et des économies pauvres vont faire le grand écart, alerte la Banque mondiale