Le festival «l’Irak lit», un bol d’air culturel pour Bagdad

AFP - AHMAD AL-RUBAYE

La 9ème édition du festival « L’Irak lit » se tenait ce samedi 05 novembre à Bagdad. Cet événement rassemble toujours plus de monde d’année en année et pour cause : des dizaines de milliers de livres sont exposés et distribués gratuitement aux visiteurs.

Avec notre correspondante à Bagdad, Marie-Charlotte Roupie

Sur les berges du Tigre, le parc Abu Nawas est noir de monde. Quinze mille personnes déambulent entre les tables surchargées d’ouvrages variés. Le festival « eliraq yqra… », « l’Irak lit », est l’occasion de remplir sa bibliothèque gratuitement.

Seif a bien chargé son sac à dos. « Je viens ici chaque année pour prendre des livres, j’en garde la moitié pour moi, et l’autre je l’offre à mes amis qui aiment lire, on échange comme ça entre amis ! »

35 000 ouvrages récoltés

Un peu plus loin, Rasha est impressionnée et ravie de voir autant de monde. « La lecture nous permet de prendre de la distance par rapport aux choses négatives, en général, qui ne nous cultivent pas. »

Quelque 35 000 ouvrages ont été récoltés cette année. Lors de la première édition en 2012, il n’y en avait que 3000. Une réussite importante pour Intisar al Mayali bénévole de l’association ana iraqi , ana aqra (Je suis irakien, je lis). « C'est important parce que cela permet aux citoyens irakiens de s'échapper des problèmes de la politique en entrant dans un environnement culturel qui leur ouvre une meilleure voie. »

Dans ce pays où l’accès à l’éducation devient toujours plus inégalitaire, l’association espère pousser les autorités irakiennes à créer, pour la dixième édition, l’an prochain, une journée nationale pour la lecture.


Lire la suite sur RFI