Festival interceltique : les secrets de la musique bretonne pour attirer les jeunes

"C'est très entraînant, c'est une identité culturelle très forte", dit une première festivalière sur Europe 1. Le Festival interceltique se termine ce week-end à Lorient dans le Morbihan. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la musique celtique attire toutes les générations. Ils sont toujours très nombreux, et de plus en plus jeunes aussi à célébrer chaque année cette identité celtique. Ce qui vient confirmer que musique traditionnelle ne signifie pas dépassée.

La diversité des musiques bretonnes

"On disait 'Ah ces musiques, ça faisait un peu ringard'", affirme Jean-Philippe Mauras, le directeur artistique. "Il faut cultiver les jeunes d'aujourd'hui à ces musiques parce que ce sont eux qui feront le festival", ajoute-t-il au micro d'Europe 1. Les jeunes et parfois très jeunes croisés dans les allées des interceltiques ne sont pas là par hasard : la musique bretonne fait partie de leur répertoire, et parfois depuis toujours.

>> Retrouvez Europe matin week-end - 6-8 en podcast et en replay ici 

"Ce que j'aime bien, c'est la diversité des musiques bretonnes par rapport à d'autres musiques, qui sont un peu toujours les mêmes", assure un autre festivalier. "J'ai des origines bretonnes", évoque un troisième, "j'en ai entendu quand j'étais plus petit, c'était toujours festif."

De multiples influences

Festif, entraînant, et des airs qui traversent toutes les générations. C'est le cas de la chanson Tri Martolod, le succès d'Alan Stivell dans les années 1970, qui a ensuite...


Lire la suite sur Europe1