Le festival Garorock annonce l'annulation de son édition 2021

Benjamin Pierret
·1 min de lecture
Un technicien fait le show sur scène (malgré lui) avant le concert de Deluxe au Festival Garorock - Capture d'écran
Un technicien fait le show sur scène (malgré lui) avant le concert de Deluxe au Festival Garorock - Capture d'écran

Garorock n'aura pas d'édition 2021. Dans un communiqué publié ce vendredi, les organisateurs du festival annoncent l'annulation de sa 25e édition, prévue du 23 au 27 juin à Marmande (Lot-et-Garonne). Il s'agira d'une deuxième année blanche pour la manifestation annuelle, déjà privée d'édition 2020 à cause du coronavirus.

Cette réorganisation fait suite aux annonces de Roselyne Bachelot concernant la tenue des festivals d'été malgré la pandémie. La ministre de la Culture a déclaré jeudi qu'ils pourraient avoir lieu en respectant certaines règles sanitaires, notamment une jauge réduite à 5000 spectateurs assis par prestation.

"La situation sanitaire actuelle et les récentes annonces de notre ministre de la Culture ne nous permettent pas d'envisager de nous rassembler en juin prochain", regrettent les organisateurs ce vendredi. "La configuration qui est la nôtre (50.000 festivaliers par jour, 40.000 campeurs) ne nous autorise pas à nous inscrire dans les nouvelles normes exigées." Ils indiquent néanmoins réfléchir à des "initiatives alternatives", ajoutant que des annonces pourraient être faites "dans quelques semaines".

Le remboursement des billets annoncé

Les billets achetés pour l'édition 2020, reportée à 2021, étaient restés valables. Le communiqué indique qu'ils sont désormais remboursables. Les modalités sont précisées sur le site www.garorock.com.

La direction de Garorock conclut sur une note d'espoir, en évoquant le retour du festival l'année prochaine: "Faites-nous confiance pour préparer nos retrouvailles en 2022. Après deux longues années sans Garorock Expérience, sans pogo, sans rencontre, sans 'Apérooooo' au camping, bref deux années sans VOUS, elles seront à la hauteur de notre frustration."

Article original publié sur BFMTV.com