Festival d'Angoulême : "Lire des BD, ça nous permet d'accéder à une petite vie culturelle dont on a tous besoin", salue une libraire

franceinfo
·1 min de lecture

"Lire des BD, ça nous permet d'accéder quand même à une petite vie culturelle dont on a tous besoin", a souligné jeudi 28 janvier sur franceinfo Marion Speiser, libraire à "Atout Livre BD" dans le 12e arrondissement de Paris, à la veille de la première partie du Festival de la Bande dessinée d'Angoulême, une remise des prix virtuelle à cause de l'épidémie de Covid-19. Malgré le contexte, les ventes de BD progressent de 9% en 2020. "Tout le monde fait des réserves", a-t-elle expliqué, alors que l'option d'un troisième confinement est sur la table. Plus de 650 auteurs appellent à boycotter l'événement pour dénoncer l'inaction du gouvernement face à la crise que traverse le milieu.

franceinfo : La France est en crise, mais la BD ne connaît pas la crise ?

Marion Speiser : Oui, c'est vrai que ça va plutôt bien en ce moment. Bon, faut dire que c'est vrai qu'on n'a plus tellement de divertissement disponible, on ne peut plus aller au cinéma, ni au théâtre, même plus au musée... C'est vrai que lire des BD, ça nous permet d'accéder quand même à une petite vie culturelle dont on a tous besoin.

Au final, les fermetures de librairies n'ont pas impacté les ventes de livres ?

Elles les ont impactées, forcément, au printemps dernier. Mais les gens se sont bien rattrapés (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi