Festival d’Avignon: 3 artistes, 3 disciplines, 3 origines à la recherche de l’équilibre

Dans « Ce n’est qu’une question de balances », les artistes polyvalents Ludmilla Dabo, Blade AliMbaye et Ashtar Muallem cherchent leur équilibre : chacun pour soi et tous ensemble. Un texte et une mise en scène de Ludmilla Dabo, présentés sous forme de performance très inspirante, volontairement déséquilibrée et en style libre, présentée dans le cadre de « Vive le sujet ! » au Festival d’Avignon. Une triple rencontre.

Il y a la comédienne (et chanteuse, metteuse en scène, autrice et adepte de l’afropéanité) Ludmilla Dabo. Elle est accompagnée sur scène par le beat boxer (et rappeur, chanteur, comédien, danseur et poète franco-sénégalais) Blade AliMBaye. Et l’équilibriste (et comédienne, contorsionniste, spécialiste du tissu aérien et artiste plurisdiciplinaire franco-palestinienne) Ashtar Muallem complète ce trio marqué par le contrepoint.

RFI : Quelle forme de balance mettez-vous en scène dans le spectacle Ce n’est qu’une question de balance ?

Ludmilla Dabo : On parle de balances intérieures, des balances qu’on a dans le corps, des balances qu’on n’arrive pas toujours à équilibrer à l’intérieur de soi. Des balances qui sont confrontées à d’autres balances extérieures, aux balances des autres. Et comment s’y confronter ou les accueillir ? Et puis des balances de sons, de voix. Comment trois voix résonnent et se rencontrent ? Comment trois corps tentent ensemble de former un tout ? Comment trouver une unicité ou une unité dans un endroit où on se sent souvent bousculé ? Comment essayer de retrouver le sens dans nos corps, nos voix, ensemble.


Lire la suite

Lire aussi:
«L’image porte», Christophe Raynaud de Lage, le photographe du Festival d’Avignon
Festival d'Avignon: «Via Injabulo», la danse Pantsula comme hymne à la vie
Festival d’Avignon: «Anima», l’homme suspendu au souffle de la Terre

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles