Le Festival de Cannes, royaume des actrices

Paul Thiry (avec AFP)
Depuis la première édition en 1946, le Festival de Cannes a révélé et consacré les plus grandes légendes du 7e art. Mais parmi tous les talents qui sont passés par la croisette, réalisateurs, acteurs, producteurs et scénaristes, ce sont les actrices qui ont façonné sur la durée l'image du festival.

Brigitte Bardot, fille du festival

Starlette encore inconnue, Brigitte Bardot vient pour la première fois au Festival de Cannes en 1953... et y fait déjà sensation, à tout juste 18 ans. En bikini sur la plage, elle se fait faire des tresses par Kirk Douglas. Elle foulera régulièrement le tapis rouge au cours de sa carrière. En 1967 elle déclenche une mini-émeute de photographes, par sa simple présence, sous les yeux affolés de son mari Gunter Sachs.

Grace Kelly, reine de Cannes

Elle fait sa première apparition à Cannes en 1955, alors que le film de George Seaton "Une fille de Province", dans lequel elle interprète le rôle principal, est sélectionné en compétion. En 1972, elle revient sur la croisette. La star mariée à Rainier III en 1956, devenue "Grace de Monaco", présente alors "Frenzy", l'avant-dernier film de son mentor Alferd Hitchcock. Grace Kelly était au casting des trois précédents films du grand maître américain (Le crime était presque parfait, Fenêtre sur cour, La main au collet).

Sophia Loren, de Naples à Hollywood

A la fin des années 50, deux Italiennes aux courbes généreuses se disputent les faveurs des cinéphiles : Gina Lollobrigida et Sophia Loren. La presse se régale de leur rivalité. Dans cette "guerre des bustes", Cannes est un champ de bataille où les deux actrices se disputent les acclamations du public et les flashs des photographes. "La" Loren gagne la bataille en 1961 en remportant le prix d'interprétation féminine pour son rôle de veuve dans "La Ciociara" de Vittorio de Sica.

Claudia Cardinale, l'égérie

L'actrice choisie cette année comme égérie de la 70e édition du Festival a marqué la croisette, en particulier en 1963.  A l'affiche du Guépard de Visconti, elle forme avec Alain Delon un des duos les plus cinégénique de l'histoire. Le film est encensé par la critique et remporte la Palme d'or. La carrière internationale de "La Cardinale" est lancée, elle atteindra son paroxysme avec "Il était une fois dans l'ouest" de Sergio Leone (1968).

Romy (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr



"Alien : Covenant" : Ridley Scott régénère son space opera horrifique
"Vive la crise !" : le retour du cinéma libertaire de Jean-François Davy
"Outsider" : l'histoire du vrai "Rocky" de Stallone
Découvrez l'incroyable parodie de Sgt Pepper's des Beatles façon Star Wars
"Alien : Covenant" : le sixième volet d'une saga au succès monstre

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages