Fessenheim : l'Etat accusé d'être "indifférent" à la reconversion du territoire

Capital

C'est une sortie médiatique qui pourrait faire du bruit alors que le deuxième réacteur de la centrale de Fessenheim sera mis à l'arrêt le 30 juin. Le député (LR) du Haut-Rhin Raphaël Schellenberger, président de la mission parlementaire sur la fermeture du site a accusé lundi l'Etat d'être "indifférent" à la reconversion du territoire situé autour de la centrale nucléaire. "L'enjeu politique pour le gouvernement, ce fut la fermeture de Fessenheim. Pour ce qui est de la suite, l'Etat est indifférent", a déploré le député devant la presse à Colmar, à l’issue d'une visite de la centrale par une délégation de cinq députés de la mission d’information qu'il préside.

Raphaël Schellenberger a pointé les "contradictions criantes" de l'Etat. Le préfet du Haut-Rhin, avec lequel la délégation s’est entretenue lundi, "trouve que pas assez de projets innovants viennent du territoire", or des élus rencontrés le même jour ont rappelé les "projets innovants" autour de l’hydrogène "dix fois présentés, et dix fois écartés", a fait valoir le député. "Les collectivités locales, elles, ont fait ce qu'elles avaient à faire", a-t-il assuré.

>> A lire aussi - Electricité nucléaire : l’ASN tire la sonnette d’alarme sur la centrale de Golfech

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Tension sociale et humaine"

La mission d'information s'est rendue à Fessenheim à une semaine de l’arrêt définitif du second réacteur de la centrale, prévu le 30 juin, étape décisive avant une longue phase de démantèlement. Sa délégation n'a toutefois pas pu visiter les installations nucléaires proprement dites, la direction du site ayant fait valoir la "tension sociale et humaine" à l'approche de cette échéance, a rapporté Raphaël Schellenberger. "Je le comprends", a-t-il réagi.

Constituée en février dernier, la mission d'information de l'Assemblée nationale relative au suivi de la fermeture de la centrale est chargée pendant un an de mener des visites de terrain et des auditions de représentants d'EDF, de l'Etat, des syndicats ou encore des associations anti-nucléaires.

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La location sur Airbnb était trop belle : une famille perd plus de 5.000 euros
L'incroyable stratagème d'un propriétaire contre son locataire mauvais payeur
Sur TripAdvisor, la France est toujours une destination à éviter
Crise : les placements à éviter... et ceux qui résistent
AirPods : jusqu’à 17% de réduction sur les écouteurs Apple chez Amazon

À lire aussi