A Fessenheim, la foi reste centrale

La population de la bourgade alsacienne croit dur comme fer au maintien du site nucléaire.

«Un bel acte de résistance» : ainsi se réjouissait la CGT, vendredi dernier, après avoir réussi à empêcher le nouveau délégué interministériel chargé de la fermeture de la centrale de Fessenheim, Francis Rol-Tanguy, de pénétrer sur le site. Un camouflet qui a agité ce village habituellement tranquille, campé près de la frontière franco-allemande, à une trentaine de kilomètres de Mulhouse.

On le traverse d’une traite en empruntant la rue de la Libération. Entre l’église et la mairie, une banderole en plastique rappelle au visiteur le combat du moment : «Fessenheim, candidate au maintien de la centrale». Depuis la campagne présidentielle, les jours de l’usine EDF sont en effet comptés. Lors de la conférence environnementale, en septembre, le président Hollande a même fixé l’échéance : en 2016, les deux réacteurs nucléaires alsaciens devront arrêter de produire de l’électricité. Or, ici, personne ne croit que le gouvernement osera tuer la poule aux œufs d’or. Pas en pleine débandade économique.

Cœur battant. Car l’usine atomique de Fessenheim est l’équivalent alsacien d’ArcelorMittal à Florange ou de Michelin à Clermont-Ferrand : c’est l’identité industrielle et le cœur battant de la région. Dans son bureau, Fabienne Stich, maire du village, reçoit tout sourire. L’échéance de 2016 ? L’élue «n’y croit pas», tant l’usine lui semble fringante. «C’est peut-être la plus vieille centrale du parc français, mais on ne l’a pas laissée pourrir sur place, moque-t-elle. Des révisions ont été faites, l’Autorité de sûreté nucléaire [ASN] a donné son accord pour dix ans de plus, de lourds travaux ont été engagés, il y a eu les stress tests de l’après-Fukushima… Franchement, je me demande si ce n’est pas la plus performante.»

Connectés au réseau en 1977, les deux réacteurs situés en bordure du Rhin sont les plus vieux du parc nucléaire français. Si l’ASN a accordé son blanc-seing au réacteur numéro (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Fessenheim. Repères
Notre-Dame-des-Landes, un atterrissage au Louvre ?
La justice américaine s'interpose entre les baleiniers japonais et Sea Shepherd
Fessenheim, le plan social qui n'effraie personne
Mineurs irradiés : Areva taxé de duplicité
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.