Vente à emporter : à quoi serviront les nouvelles restrictions en plus du confinement?

·1 min de lecture

Des fermetures à 22 heures à Paris. A partir de vendredi, il ne sera plus possible de commander des plats ou de l'alcool à emporter ou de se faire livrer à Paris, de 22 heures à 6 heures du matin. Une décision de la préfecture de Paris pour renforcer l'efficacité du confinement. C'est la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui l'a elle-même annoncé jeudi matin au micro de BFMTV, avant qu'un arrêté préfectoral publié dans l'après-midi en détaille les modalités. Seule la capitale sera concernée, et non les trois départements de la petite couronne, contrairement à ce que la maire socialiste avait d'abord indiqué.

Seront donc interdites, chaque soir, "les activités de livraison et vente à emporter de tous les produits préparés par les restaurants et débits de boissons et les établissements flottants (péniches) au titre de leur activité de restauration et de débits de boissons", écrit la préfecture dans son communiqué, qui précise qu'en pratique, cette disposition se traduit par "la fermeture totale de ces établissements en 22 heures et 6 heures". "La vente de boissons alcooliques et leur consommation sur la voie publique" sont aussi prohibées. Les épiceries de nuit pourront donc ouvrir, mais sans vendre de l'alcool.

Un couac sur l'hypothèse d'un couvre-feu. Cette annonce rappelle un couac gouvernemental survenu mardi. "Nous allons réinstaurer un couvre-feu sur Paris et peut-être l'Ile-de-France […] à 21 heures, je crois", déclarait Gabriel Attal sur BFMTV mardi matin. Il se fondait no...


Lire la suite sur LeJDD