Publicité

Fermeture du poste frontalier entre la Libye et la Tunisie pour des raisons sécuritaires

Le point principal de passage frontalier entre la Tunisie et la Libye, Ras Jedir, a été fermé durant la nuit de lundi 18 à mardi 19 mars en raison d'affrontements du côté libyen de la frontière entre deux groupes armés opposés. Selon le ministère de l'Intérieur de Tripoli, des « hors-la-loi » ont attaqué la force chargée de la sécurité du poste-frontière. À son tour, la Tunisie a annoncé la fermeture provisoire de ce passage. Trois personnes ont été blessées lors des affrontements.

Ces affrontements ont eu lieu quelques heures seulement après l'annonce du ministère de l'Intérieur, dimanche, du déploiement à ce poste frontalier d'une force spéciale de sécurité, « la force de l'application de la loi », chargée d'intervenir « pour combattre la contrebande, les abus et l'insécurité ».

Le poste-frontière était gardé de facto, depuis des années, par les groupes armés de Zouara, ville située à quelque 60 km de la frontière tunisienne. Ces groupes considéraient le comme leur chasse gardée qui leur permettait de se livrer à un commerce informel très lucratif. Ce sont des activités « qu'ils considèrent comme un droit acquis » dénoncent les autorités de Tripoli.

La contrebande d'essence est très répandue des deux côtés de la frontière dans cette zone qui vit en grande partie du commerce frontalier, y compris du commerce illégal.

En attaquant la force du ministère de l'Intérieur, le groupe militaire de Zouara semble soucieux de défendre ses intérêts. Les membres de la force spéciale ont pris la fuite. Leurs véhicules et matériels ont été soit cassés soit confisqués. « Cette action ne sera pas tolérée » a répliqué le ministère de l'Intérieur, annonçant des sanctions contre les personnes impliquées.


Lire la suite sur RFI