Fermeture de lycées professionnels à Paris : un avant-goût de la réforme ?

Ce jeudi, une grève nationale mobilise plusieurs lycées professionnels, qui accueillent près de 650.000 élèves en France, afin de protester contre une réforme sur laquelle planche le gouvernement . Celle-ci vise à augmenter la durée des stages des lycéens , et à adapter les offres de formations aux besoins d’emplois dans les territoires.

À Paris, six lycées professionnels de petite taille sont menacés de fermeture dès la rentrée 2023 : Brassaï (15e), Armand-Carrel (19e), le site de Charenton de Théophile-Gautier (12e), le site Friant de Lucas-de-Nehou (14e), Valadon (18e) et Charles-de-Gaulle (20e). Dans l’incompréhension des enseignants , élèves et parents d’élèves, rassemblés mercredi 16 novembre place de la Sorbonne, devant le rectorat de Paris.

>> LIRE AUSSI - Éducation : les mathématiques «obligatoires» de retour à la rentrée 2023

Des locaux vétustes et une baisse démographique

La région Île-de-France s’est pourtant justifiée : ces établissements ferment car les locaux sont trop vétustes et accueillent trop peu d’élèves. La génération qui s’apprête à rentrer au lycée est, en outre, moins nombreuse que les précédentes en raison d’une baisse démographique. Ce qui permettrait des regroupements d’établissements sans surcharger les classes.

Cependant, les profs rassemblés derrière des banderoles colorées, ce mercredi, voient dans ces fermetures un avant-goût de la réforme à venir. Christophe enseigne la comptabilité dans un lycée "Gestion-Administration", une formation...


Lire la suite sur Europe1