Fermeture de l'usine Bridgestone : les salariés écœurés

Bridgestone à Béthune (Pas-de-Calais), c'est terminé. La fermeture de l'usine a été confirmée, jeudi 12 novembre. À la sortie, les ouvriers étaient amers. "On a vraiment l'impression de se faire voler par notre patron, qui a manigancé tout cela depuis le départ," souffle l'un d'eux. Quelques heures plus tôt, le gouvernement tentait encore de négocier avec la firme japonaise, en vain. "Nous serons aux côtés des salariés pour trouver les meilleures solutions possibles," a promis Agnès Pannier -Runacher, ministre déléguée en charge de l'Industrie. Trouver un repreneur Les syndicats sont abattus et écœurés. "Il y avait une solution et ils ne l'ont même pas regardée", regrette Éric Brasme, délégué syndical de Sud. Les 863 salariés ne se faisaient plus trop d'illusions depuis l'annonce de la fermeture de l'usine en septembre dernier. L'objectif de l'État et des collectivités territoriales est de trouver un repreneur. La firme japonaise aurait déjà commencé à en chercher un. Il y aurait dix opportunités, dont quatre projets déjà bien définis.