Fermeture du gazoduc Maghreb-Europe : pourquoi l'Algérie imite la Russie dans la guerre du gaz

·1 min de lecture

Les Espagnols vont-ils pouvoir se chauffer cet hiver sans avoir à payer davantage? Pas sûr. Comme annoncé au mois d'août, l'Algérie va mettre fin dimanche à l'approvisionnement du gazoduc Maghreb-Europe. Inauguré en 1996 et opéré par le géant national Sonatrach, il acheminait chaque année 10 milliards de mètres cubes de gaz naturel vers l'Espagne et le Portugal en passant par le Maroc. Si l'Espagne dépend de l'Algérie pour la moitié du gaz qu'elle consomme, le royaume chérifien, lui, bénéficiait de son statut de transitaire avec un péage qui lui rapportait jusqu'à 200 millions d'euros par an.

Une petite phrase

Pourquoi punir ainsi le Maroc et handicaper l'Espagne à l'heure où les prix de l'énergie s'envolent? Il aura suffi d'une petite phrase au coeur de l'été lors d'une visioconférence aux Nations unies pour mettre le feu aux poudres. Le chef de la diplomatie algérienne, ­Ramtane Lamamra, y avait rappelé le soutien constant de son pays à "l'autodétermination du peuple sahraoui" au Sahara occidental, administré depuis 1975 par le Maroc. Le représentant marocain avait alors répliqué que le peuple kabyle en Algérie méritait "plus que tout autre de jouir pleinement de son droit à l'autodétermination". Insulte suprême à la souveraineté et à l'unité de l'Algérie qui s'ajoutait aux accusations selon lesquelles le Maroc avait instrumentalisé la révolte populaire du Hirak et soutenu les incendiaires "terroristes" des forêts de Kabylie. Alger a donc décidé unilatéralement de rompre l...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles