Fermeture des discothèques : le Conseil d'État a tranché et considère cette décision "justifiée"

·1 min de lecture

Énième coup dur pour le monde de la nuit. À l’arrêt depuis maintenant quatorze mois, les boîtes de nuit ne sont pas près de rouvrir. Des représentants du métier avaient saisi le juge des référés du Conseil d’État afin d’obtenir une autorisation leur permettant d’ouvrir d’ici le 30 juin 2021. Ce vendredi 21 mai, l’institution a donné sa réponse, et celle-ci risque de faire grincer des dents du côté des principaux concernés.

En effet, il ne sera toujours pas possible d’aller danser entre amis, puisque le Conseil d’Etat a estimé que la fermeture des discothèques restait pour le moment justifiée. “Le juge observe que les discothèques présentent des risques de contamination propres. L’activité de danse qui y est pratiquée inclut des contacts physiques rapprochés et le contexte festif rend difficile le respect des règles de distanciation ou du port du masque", peut-on notamment lire dans le communiqué. “Aucune mesure autre que la fermeture, ni même la réouverture en format bar de nuit, ne peut apporter de garanties équivalentes pour maîtriser le risque de contamination.”

Le communiqué précise aussi que cette situation ne peut être comparée avec celles des autres lieux ouverts à nouveau depuis le 19 mai comme les restaurants et les bars, ces derniers ne l’étant qu’en extérieur. Concernant les concerts et les mariages, le juge a ajouté une précision importante : “L’autorisation éventuelle, à brève échéance, de concerts accueillant plus de 5 000 personnes, de rassemblements de plus de 1 (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

"Ce n’est pas votre chef de bord qui vous parle, mais le Premier ministre" : Jean Castex joue au chef de train (VIDEO)
L'absence de sa mère, l'alcool et la drogue pour oublier, le cauchemar de vivre à Buckingham... le prince Harry laisse éclater sa peine
Gordon Ramsay, Territoires inexplorés (Disney +) : dix choses à savoir sur le chef cuistot explorateur
Lady Diana : le journaliste qui l’avait interviewée en 1995 avoue avoir usé de méthodes "trompeuses" et s’excuse
Des verbalisations pour non-respect du couvre-feu à 21h demandées par Gérald Darmanin après "les images assez déplorables" d'hier

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles