Fermeture des commerces non essentiels: l'écrivain Philippe Claudel appelle les libraires à la désobéissance

Jérôme Lachasse
·2 min de lecture
Un libraire propose des livres à retirer sur commande préalable, le 28 avril 2020 à Paris - THOMAS COEX © 2019 AFP
Un libraire propose des livres à retirer sur commande préalable, le 28 avril 2020 à Paris - THOMAS COEX © 2019 AFP

L'écrivain Philippe Claudel, prix Goncourt des lycéens 2007 et prix Renaudot 2003, appelle dans une tribune publiée ce lundi dans la presse à la désobéissance des libraires face aux mesures de fermeture liées au confinement. "Libraires, de grâce, désobéissez!", écrit-il dans ce texte.

"Pour nous, lectrices, lecteurs, écrivaines, écrivains, ouvrez vos commerces qui nous sont essentiels. Essentiels pour penser, essentiels pour rêver, essentiels pour nous rencontrer par les livres, pour nous connaître, nous comprendre et comprendre le monde", écrit-il.

Un message qu'il réitère ce lundi soir sur le plateau de BFMTV: "Il faut étudier au plus près la situation. Certains libraires, beaucoup de libraires souhaitent ouvrir leur librairie. D'autres ne peuvent pas [...] Il faut leur laisser l'opportunité de le faire. Il faut permettre à la culture d'exister."

"Je suis un amoureux des livres et je déplore que les librairies soient [fermées]", explique l'écrivain, avant d'ajouter: "Toute la chaîne est concernée. Les libraires, c'est notre fer de lance. Un livre, ça se fait à plusieurs. Un manuscrit, ça s'écrit seul, mais pour qu'un livre existe, il faut qu'il y ait une maison d'édition, il faut des gens qui travaillent, il faut des diffuseurs, des libraires. Et c'est grâce à toute cette chaîne du livre que les livres existent et aujourd'hui cette chaîne est mise en péril."

"Je ne veux pas acheter sur Amazon"

Il a également lancé un appel aux Français pour qu'ils évitent de commander leurs livres sur Amazon et pour qu'ils privilégient les librairies. "Le problème, il est là: interdire à la grande distribution de vendre des livres, fermer les librairies et permettre ou autoriser Amazon de faire son commerce, surtout quand on sait la délicatesse dans laquelle se trouve Amazon avec les services fiscaux, c'est absolument aberrant."

Et le romancier de compléter: "C'est une porte ouverte au grand n'importe quoi. Je crois qu'il faut avant tout en tant qu'acheteur de livres avoir une conscience morale. Se dire 'non, je soutiens mon libraire. Je ne veux pas que ma librairie disparaisse. Je ne veux pas acheter sur Amazon'."

De nombreuses personnalités du monde du livre, comme Joann Sfar et Riad Sattouf, ont appelé à l'ouverture des librairies pendant le confinement. Plusieurs librairies au Mans et à Toulouse ont de leur côté pris la décision de rester ouvert malgré le confinement, en signe de protestation.

Lors d'une conférence de presse organisée ce lundi devant une librairie du 18e arrondissement, Anne Hidalgo a enfin lancé un appel aux Parisiens à continuer d'acheter leurs livres en librairie. "N'achetez pas sur Amazon", a-t-elle martelé, "achetez chez votre libraire, vous pouvez commander et venir récupérer votre livre".

Article original publié sur BFMTV.com